HDR

Contribution à l’élaboration curriculaire d’une éducation scientifique à l’école primaire : modélisation des moments scolaires à visée scientifique

Par Bisault Joël
Université de soutenance : École normale supérieure de Cachan – ENS Cachan
Année de soutenance : 2011
Résumé :
A l’école primaire dans laquelle les disciplines scientifiques ne constituent encore qu’un horizon, l’éducation scientifique ne peut pas prendre les formes conçues pour le secondaire. En premier lieu, la référence épistémologique aux sciences doit être pensée non seulement en termes de savoirs mais aussi de pratiques ; en second lieu, la conception psychologique de l’objectivation scientifique doit prendre en compte la continuité entre les trois ” mondes ” – intérieur, physique et social – où se manifeste la pensée et le rôle d’intermédiaire joué par les signes ; enfin, il est nécessaire de considérer l’interconnexion du curriculum à visée scientifique avec les autres curriculums de l’école primaire ainsi que la multiplicité des références, des visées et des constructions possibles à l’école primaire. Il s’agit donc de préciser les caractéristiques, les dynamiques et les relations des moments principalement scientifiques dans le flux des moments scolaires. Nous proposons de penser le curriculum comme un ensemble de moments scolaires à visée scientifique reliés entre eux et avec d’autres moments par des relations de cohésion et de cohérence : la cohésion est ce qui permet d’assurer une relation de continuité entre deux moment distincts alors que la cohérence est ce qui permet à un ensemble de moments distincts de contribuer à une même visée. La dynamique de chaque moment à visée scientifique repose sur deux processus : l'” objectification “, prise en charge par l’enseignant, qui conduit, à partir de différentes ressources ou références, à des objets à la fois matériels et symboliques appréhendables par les élèves et l'” objectivation “, prise en charge principalement par les élèves qui conduit à différentes élaborations à partir de ces objets et des tâches associées. Nous montrons que cette élaboration curriculaire ouvre des pistes pour renouveler la problématique de l’éducation scientifique à l’école primaire. Le rapprochement entre objet, signe et œuvre permet de concevoir un contenu dynamique des moments scolaires – contenu qui se transforme dans une activité à la fois empirique et dialogique. Par ailleurs, la capacité à gérer les relations de cohésion et de cohérence entre ces moments à visée scientifique et au sein d’un réseau curriculaire plus large apparaît comme un élément clé pour définir une spécialité des enseignants du premier degré.